hydrogène vert

Hydrogène vert : un marché de l’emploi dynamique

Cela fait des dizaines d’années que l’Hydrogène est utilisé dans le secteur industriel mais seul 4 % de l’hydrogène utilisé est considéré comme “vert”, c’est à dire produit à base d’électrolyse obtenue à l’aide d’électricité alimentée par les énergies renouvelables.

On observe une multiplication des projets industriels liés à l’hydrogène vert qui semble s’imposer comme une étape incontournable de la transition énergétique notamment pour l’industrie et la mobilité.

Clément Duchêne, notre consultant en recrutement spécialisé dans les énergies renouvelables, fait le point sur l’état de la filière pour mieux comprendre les besoins de compétences et les enjeux pour recruter ces métiers d’avenir… d’ores et déjà d’actualité.

Un contexte favorable à la création d’emplois dans le secteur de l’hydrogène vert, renouvelable et décarboné

Un projet d’ordonnance relatif à l’hydrogène a été être présenté en Conseil des Ministres la semaine du 15 février 2021. Son objectif est de créer le cadre réglementaire qui manque à la production d’hydrogène d’origine renouvelable et bas carbone.

Si ces objectifs réglementaires sont suivis, le marché français de l’hydrogène vert représentera 40 milliards d’euros d’ici 2050, plus de 40 000 créations d’emplois d’ici 2030 et 150 000 d’ici 2050.

Dans le monde il s’agit d’un marché de 2 500 milliards d’euros et plus de 30 millions de nouveaux emplois d’ici 2050.

Des métiers en mutation

Dans les différentes activités de la filière hydrogène (conception, recherche, préparation, organisation, fabrication, réalisation, installation, maintenance et développement), il y a des besoins en compétences pour les Doctorants / Chercheurs, Ingénieurs, Techniciens et Opérateurs qui ont des spécialités déjà existantes telles que :
– la biologie, génie des procédés chimiques, dessin/projection, électricité, électronique, fluide et réseaux, pression des gaz, génie civil, mécanique, programmation et automatismes, thermique/acoustique, QHSE, management/pilotage gestion de projets, commerce/achats/vente.

Plus que l’apparition de nouveaux métiers, on assiste à un besoin de mutation de ces métiers existants avec la nécessité d’avoir plus de connaissances sur les spécificités de l’hydrogène, les techniques d’électrolyse et la sécurité liée au transport, stockage et distribution de ce nouveau gaz dans les réseaux.

Ces infrastructures réseaux représentent un enjeu de plus en plus complexe avec la gestion d’une multitude d’acteurs, de producteurs et de distributeurs qui les alimentent de nouvelles sources d’énergie.
Les compétences impliquées dans le développement et la gestion de ces “Smart Grids” sont donc également de plus en plus recherchées.

La filière Hydrogène sollicite des métiers industriels et dans l’énergie d’ores et déjà en tension et dont les compétences sont rares.
Si le gouvernement et les acteurs de la filière n’anticipent pas ces difficultés de recrutement, son développement sera freiné et les objectifs fixés par le cadre réglementaires seront difficiles à atteindre pour la transition énergétique.

L’offre de formation et l’attractivité des métiers industriels

Actuellement il existe peu de formations initiales spécifiques à l’Hydrogène.

En revanche, les besoins de la filière recouvrent des spécialités de formations diverses mais globalement connues et existantes du Bac Pro ou BTS en maintenance des équipements industriels au diplôme d’Ingénieur ou Master spécialisé en énergie électrique, électrotechnique, gaz, mécanique des fluides, ingénierie industrielle, valorisation énergétique, environnement, énergies renouvelables.

Il y a donc une nécessité de “colorer” ces formations existantes en intégrant la prise en compte des spécificités de l’Hydrogène dans les programmes.

Actuellement les besoins de formation et de transmission de compétences hydrogène se font principalement sur le terrain et par compagnonnage dans les entreprises.

Pour faire face aux enjeux de recrutement de la filière, l’aura de l’Hydrogène vert liée aux préoccupations écologiques de la société est un atout pédagogique majeur pour renforcer l’attractivité de ces métiers industriels afin d’encourager des milliers de personnes à s’y intéresser dans leur projet professionnel.

Pour l’emploi, le lien social, l’environnement, le développement des territoires et la réindustrialisation de la France, le développement de l’Hydrogène à travers le plan France Relance est une opportunité à saisir.

Il s’agit alors de ne pas oublier de consacrer une partie de l’investissement dans la promotion de ces métiers et le développement des offres de formations.

Auteur : Clément Duchêne

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Retour haut de page