Comment devient-on Directrice RSE de L’Occitane ? Interview de Katia Michieletto

Home / News / Comment devient-on Directrice RSE de L’Occitane ? Interview de Katia Michieletto
Comment devient-on Directrice RSE de L’Occitane ? Interview de Katia Michieletto

L’Occitane en Provence est une marque de produits cosmétiques créée en 1976. Katia Michieletto, Directrice RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) du groupe depuis près de 10 ans, nous fait l’amitié de revenir sur son parcours.

Birdeo : Quel est votre parcours ?

Katia Michieletto : A l’issue de mes études en RH (Ressources Humaines) j’ai commencé ma carrière dans le secteur de la grande distribution. Après 3 ans, j’ai quitté le secteur du retail pour le groupe Valeo. En 1998, j’ai rejoint le groupe Danone, dans un parcours professionnel alliant ma double compétence commerciale et RH notamment en qualité de DRH d’une unité de production Danone.

En 2004, je deviens responsable de la formation à l’Occitane. Après un peu de moins de 4 ans dans les RH opérationnelles, j’ai intégré la fonction de Responsable de communication interne du Groupe.

En parallèle, dès 2008/2009, j’ai créé la fonction de directeur RSE Groupe de l’Occitane. J’y ai créé, promu et piloté la politique RSE du Groupe. Elle est axée sur l’éco-conception, la maîtrise de l’empreinte carbone et des impacts sur la biodiversité, la qualité de vie au travail et les achats responsables. D’ailleurs, réellement passionnée par les enjeux d’achats responsables, je suis retournée sur les bancs des écoles pour le MAI, Master Achats dont le parti-pris est l’innovation et la RSE.

Birdeo : Comment se passe une semaine type pour la Directrice RSE de l’Occitane en Provence ?

KM : Ma semaine type s’articule autour d’une série d’échanges formels ou informels, en one-to-one ou en groupe, dont la principale finalité est de faire adhérer nos directions et nos équipes aux projets RSE de l’entreprise. Ces temps forts et ces échanges permettent de s’assurer de la compréhension des objectifs, de l’accompagnement des changements induits par ces projets, du suivi de leur mise en œuvre et de leur impact sur notre performance RSE. Il n’existe donc pas de semaine-type quand il s’agit de conduire le changement !

Birdeo : Qu’est-ce qui vous fait vous lever tous les matins ?

KM : C’est clairement l’idée de faire la différence, de savoir que mes actions vont avoir un impact durable (même s’il n’est pas immédiat) sur l’entreprise et ses parties prenantes. D’ailleurs, par principe, j’ai toujours apprécié sincèrement qu’aucune journée ne ressemble jamais à une autre. Ce sont les embuches qui égaillent ma journée… et fort heureusement, c’est notre lot quotidien.

Birdeo : Quels sont les impacts de votre activité sur le business model de l’Occitane en Provence ?

KM : Par essence et depuis ses origines, l’entreprise s’est imposée comme un acteur majeur de la cosmétique naturelle, mettant le respect de l’Homme et de la Nature au cœur de son business model. Mon objectif est de consolider le business model de l’entreprise en garantissant sur l’ensemble de notre chaine de valeur la cohérence et l’authenticité de nos engagements.