Clémence Blanc et Anne Génin : un double parcours inspirant entre marketing grande conso, RSE et entrepreneuriat

Home / News / Clémence Blanc et Anne Génin : un double parcours inspirant entre marketing grande conso, RSE et entrepreneuriat
Clémence Blanc et Anne Génin : un double parcours inspirant entre marketing grande conso, RSE et entrepreneuriat

Clémence Blanc et Anne Génin se sont rencontrées en 2001 chez Danone. Depuis leurs parcours n’ont cessé de se croiser jusqu’à créer leur entreprise et coécrire un livre : « Respect, des patrons inspirants pour un monde meilleur ». Interview croisée de deux passionnées.

Clémence-Blanc-Anne-Génin_marketing_grande_conso
Anne Génin (à gauche) et Clémence Blanc

Birdeo : Quel est votre parcours ?

Anne Génin : Ingénieure agronome (AgroParisTech), j’ai démarré au sein du Groupe Danone. J’y ai occupé des fonctions marketing, commerciales, communication et RSE, notamment sur la marque LU. J’ai initié le projet Harmony pour les biscuits LU. Il s’agissait de mettre en place et valoriser une filière de blé plus durable, en faveur de la qualité et de la biodiversité.

Clémence Blanc : J’ai fait une école de commerce (ESSCA) et démarré au marketing chez Danone à Budapest, en Hongrie. Ensuite j’étais en Argentine puis en France où je suis arrivée dans la filiale biscuits. En 2010, j’ai eu envie de mieux connaître et comprendre l’impact de l’alimentation sur la santé. Je me suis formée à la nutrition en passant un BTS de diététicienne-nutritionniste pendant un congé maternité.

Anne : En 2016, nous avons créé Beebuzz. Notre mission est d’apporter aux dirigeants d’entreprise des conseils stratégiques et méthodologiques pour passer de l’intention à l’action et développer durablement leurs marques, tout en ayant un impact positif sur la société.

Birdeo : Vous avez un double profil marketing grande consommation / RSE. En quoi est-ce un avantage ?

Clémence : Nous constatons souvent que la RSE est vue comme un sujet d’expert, traité en silo et déconnecté du projet économique. Par ailleurs, de plus en plus de dirigeants, notamment de PME, réalisent que c’est un sujet incontournable. Pourtant, bien souvent ils ignorent par quel bout attaquer ce vaste sujet de la RSE.

Anne : Nous avons toujours à cœur de privilégier une démarche positive et intégrée, c’est à dire reliée aux opportunités de croissance, au savoir-faire de l’entreprise, au code génétique de la marque, aux évolutions sociétales. Pour réussir cette étape, une connaissance fine des consommateurs est requise. Notre expérience de marketeuses nous apporte cette expertise précieuse.

Clémence : L’engagement et les actions associées offrent une fantastique opportunité pour les marques de se différencier, d’affirmer leur singularité et de gagner la préférence des consommateurs et celle des collaborateurs (fierté, motivation…). Par ailleurs, le fait d’avoir vécu de l’intérieur les projets, avec leur lot de contraintes, de difficultés, nous permet aussi d’aider à les dépasser.

Birdeo : Que conseilleriez-vous à une personne qui souhaite se reconvertir dans le développement durable ?

Clémence : Nous pensons que dans chaque métier il est possible d’agir et d’avoir un impact positif. Sans forcément se reconvertir ! L’idéal c’est quand le marketeur adopte l’état d’esprit durable et pratique un marketing plus inclusif et plus pérenne. Chacun peut rendre ses actions plus durables.

Birdeo : Vous avez écrit un livre Respect, des patrons inspirants pour un monde meilleur. Dans quel but ? Que contient-il ?

Respect, des patrons inspirants pour un monde meilleur

Anne : Le public perd confiance dans les institutions dont les entreprises. Cela signifie-t-il la fin de la société de consommation ? Non, à condition que les entreprises sachent réinventer leur modèle.

Clémence : Les consommateurs ont le pouvoir par leurs choix de faire bouger les entreprises. Certaines entreprises ont déjà choisi de changer de modèle, de produire mieux et d’aider à consommer mieux. Ce livre est une façon de rentrer dans les coulisses de ces entreprises, de comprendre comment ça marche, au travers d’exemples concrets et incarnés, de réaliser que c’est possible, de s’inspirer et d’agir à son tour.

Anne : Nous avons choisi d’interroger des patrons d’entreprises françaises de toutes les tailles dans différents secteurs de la grande consommation (L’Oréal, Véjà, La Vie Claire…), de façon à ce que chacun puisse s’identifier. Les patrons que nous avons interrogés sont précurseurs et concilient performances économiques et utilité sociétale. C’est un long chemin, parfois semé d’embûches, d’où le titre de notre ouvrage : Respect !

Clémence : Nous avons relevé et formalisé 10 bonnes pratiques communes à ces 10 entreprises pour fournir un guide à destination de tous les acteurs de l’entreprise et les aider à passer de l’intention à l’action.

Anne : Nous voulons contribuer à transformer, faire évoluer les pratiques des entreprises pour produire mieux et consommer mieux.

 

Commander le livre