Consultant(e) RSE et développement durable

Home / Métiers / Consultant(e) RSE et développement durable
Consultant(e) RSE et développement durable

consultant-developpement-durable-rseLe métier de consultant en développement durable et RSE a beaucoup évolué. Ils accompagnent la définition de la stratégie RSE de leurs clients ou de leur entreprise lorsqu’ils sont embauchés en interne. Ils peuvent également être en charge de concevoir des gammes de produits ou services, leur production et leur commercialisation, et doivent piloter la relation avec les clients stratégiques. Leurs enjeux s’inscrivent dans un environnement VUCA : Volatile, incertain (Uncertain), Complexe et Ambigu.

Nous vous présentons ici un historique du métier, son évolution et les compétences qui sont recherchées aujourd’hui et seront nécessaires demain.

Historique du métier de consultant RSE / développement durable

Le métier de consultant en développement durable et responsabilité sociétale des entreprises (RSE/DD) est encore jeune. Il y a plus de 25 ans, Elisabeth Laville, fondatrice d’Utopies, invente cette profession. C’est la première à la pratiquer en France et une des premières au monde.

Maximilien Rouer (Be Citizen), Elisabeth Reiss (Ethicity), Agnès Rambaud (Des Enjeux et des Hommes) ont rejoint le mouvement en créant également leur cabinet. Pionniers, sur un marché de niche, prospectifs et visionnaires à l’époque, ces consultants en développement durable et ceux qu’ils ont formés ont apporté chacun une vision et une démarche propres, mais toutes complémentaires. A l’époque, les directions développement durable des entreprises sont encore récentes, voire inexistantes. Elles ont beaucoup à apprendre, elles se font conseiller et former par ces innovateurs.

Les années 2007/2009 marquent le début d’une certaine euphorie renforcée par le Grenelle de l’Environnement et les négociations internationales qui se sont tenues à Copenhague. De nombreux cabinets se créent. De nombreux indépendants se lancent. Au-delà des cabinets généralistes, d’autres arrivent sur le marché avec une approche davantage scientifique et environnementale, comme par exemple Quantis ou Ecoact. Tous ne survivent pas.

Depuis lors, le secteur s’est structuré et spécialisé. Les entreprises ont mûri et affiné leur approche de la RSE et du développement durable. Les consultants sont fortement challengés par leurs clients pour continuer à leur apporter de la valeur. Cette émulation est saine, elle renforce le professionnalisme et l’innovation de ces sujets.

Quel profil pour ce métier ?

Les cabinets de conseil se structurent autour de talents à la fois junior et senior. Aujourd’hui, un consultant ne peut plus être un généraliste du développement durable. Les cabinets cherchent à identifier des talents issus d’horizons différents : cabinets de conseil en stratégie et organisation, direction achat ou marketing, asset management.

Le métier de consultant en développement durable et RSE est un métier d’excellence. Il nécessite à la fois les qualités d’un consultant classique (capacité d’analyse, esprit de synthèse, curiosité, ouverture à l’innovation, investissement intellectuel fort) et un socle solide de connaissances et compétences touchant au développement durable et à la RSE, comme la capacité à identifier les signaux faibles et à dialoguer avec les parties prenantes. Le consultant en DD et RSE dispose de plus en plus d’outils spécifiques, comme les cartographies des parties prenantes ou les analyses de matérialité.

Dans la plupart des cas, le consultant en développement durable n’a pas choisi son métier par hasard. Il s’est posé la question du sens qu’il voulait donner à sa carrière et de la contribution qu’il souhaitait apporter à la société. Il jouit ainsi d’une certaine maturité personnelle et professionnelle. Par ailleurs, il dispose en général des qualités propres au secteur du conseil : un carnet d’adresses, une vision très transverse, une forte capacité de conviction et une aptitude à dialoguer avec des gens très différents.

La connaissance d’un métier et d’un secteur est devenue indispensable

En effet, l’avenir du consultant résidera dans sa capacité à s’adresser aux différentes fonctions et métiers de l’entreprise tout en ayant une approche sectorielle. Une vision, une approche et des solutions créatrices de valeur seront indispensables. Il se spécialisera en marketing durable, achat responsable, finance responsable et sera en mesure de parler à ses différents interlocuteurs.

Le challenge du consultant en RSE et DD consiste à accompagner la transformation des entreprises afin qu’elles contribuent à répondre aux grands enjeux sociaux et environnementaux.

Comme dans la plupart des métiers du conseil, le consultant en DD & RSE est accompagné tout au long de sa carrière et bénéficie d’un suivi personnalisé. Il est particulièrement challengé dans l’acquisition de nouveaux savoir-faire et dans l’amélioration de son savoir-être.

L’investissement intellectuel et relationnel demandés lui permettent – en règle générale – de s’intégrer facilement dans tout type d’organisation. D’ailleurs l’expérience montre que la greffe du conseil vers l’entreprise se fait facilement, alors que celle de l’entreprise vers le conseil se fait beaucoup plus difficilement.

De nombreuses perspectives de carrière

En entreprise le consultant en RSE et DD pourra intégrer différentes fonctions selon sa spécialisation : direction, stratégie, achat, marketing, direction durable, secrétariat général. Les ONG, les associations, les structures de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) sont de plus en plus séduits par ces profils. En effet ces organisations continuent à se professionnaliser et dialoguent davantage avec leurs parties prenantes.

Sa rémunération se situe entre 35 et 45 K € par an.

 

Pour faciliter la lecture, l’emploi du masculin a été privilégié. Cela ne signifie pas que le métier de Consultant en Développement Durable est un métier masculin. Dans notre étude sur les métiers des Cadres en Développement Durable et RSE, 62 % des consultants en Développement Durable et RSE étaient des femmes !