Les cadres du DD et de la RSE – Etude 2015

Home / News / Les cadres du DD et de la RSE – Etude 2015
Les cadres du DD et de la RSE – Etude 2015

Nous avons le plaisir de vous présenter l’étude 2015 de Birdeo sur les cadres du Développement Durable et de la RSE.

Etude 2015 - Les cadres de la RSE et du Développement durable
Téléchargez l’étude en cliquant sur l’image

Depuis plus de 5 ans, Birdeo interagit avec les cadres du développement durable et de la RSE. Notre métier de recruteur nous conduit à identifier des candidats qui veulent participer activement dans le cadre de leur profession à construire ce monde dans lequel les organisations œuvrent pour un impact social et environnemental positif.  Pour eux, le monde de l’entreprise, des ONG, du « social business » est perméable ; ils peuvent passer de l’un à l’autre, avant tout intéressés par la pertinence du projet.

On nous demande souvent ce que recouvrent les notions de développement durable et de RSE et pourquoi on peut y raccrocher certaines structures de type « social business ». Chez Birdeo, nous  préférons parler de « nouveaux enjeux sociétaux », c’est-à-dire la prise en compte par les organisations des enjeux environnementaux et sociaux dans la conduite des affaires.

Par mesure de simplification, dans cette étude, nous parlerons des cadres de la RSE et du développement durable.

Ils veulent changer le monde mais ils n’approchent pas le monde du travail de façon idéaliste ou militante. Ce sont avant tout des professionnels. Ils ont un métier, ils maîtrisent un secteur. Ils dialoguent avec les parties prenantes, sont en veille permanente et identifient les signaux faibles.

Cette population de professionnels, très homogène sur ses valeurs et très diversifiée sur ses métiers, est méconnue des dirigeants et des DRH. Pourtant, elle possède des atouts qui seront recherchés pour diriger les organisations de demain : des profils internationaux ouverts sur le monde, porteurs de valeurs fortes, multi-diplômés, pluri-compétents, avec un haut niveau de satisfaction et une fidélité élevée au secteur.

Nous proposons par le biais de cette étude une grille de lecture permettant de mieux connaitre ces cadres et de comprendre les atouts et la valeur ajoutée qu’ils apportent aux organisations.

Voici les principales conclusions de l’étude, que vous pouvez télécharger ici :

#1. UN SECTEUR EN PLEINE EFFERVESCENCE QUI SE STRUCTURE ET SE PROFESSIONNALISE

De nombreux cadres disposent aujourd’hui d’une réelle  expertise sur le sujet doublée d’une expérience sectorielle et  métier. Un cercle vertueux semble s’imposer : les collaborateurs sont  plus exigeants sur les missions que leur confient les entreprises et  les entreprises sont elles-mêmes aussi plus exigeantes sur les  compétences et expériences des collaborateurs qu’elles cherchent à recruter.

Les expertises ne se retrouvent plus majoritairement dans les cabinets de conseil, elles s’intègrent dans les différents secteurs d’activité, conduisant à une spécialisation et à une professionnalisation de ces compétences.

La grande diversité des métiers – plus de 500 métiers pour 650 répondants – démontre le dynamisme, le foisonnement du secteur et une maturité pleine de promesses à atteindre.

#2. UN SECTEUR D’AVANT-GARDE

Egalité salariale H/F …  Alors que le secteur traditionnel impose aux cadres françaises d’être payées 21% de moins que leurs collègues masculins, les métiers du DD et de la RSE font figure d’avant-garde.

A âge comparable on tend vers l’égalité des salaires entre hommes et femmes.

Le sens est présent… Quel que soit leur âge, ces cadres cherchent avant tout à donner du sens à leur travail et la notion de « valeur » est essentielle pour eux. Ils sont passionnés par leur métier qu’ils jugent « palpitant, utile et ouvert sur l’extérieur ».  Fidèles à ce secteur, 9 répondants sur 10 s’y projettent pour au moins 5 ans toutes générations confondues.

#3. UN SECTEUR INSUFFISAMMENT VALORISE

Les deux principales causes d’insatisfaction de ces cadres ? Le manque de moyen et le manque de perspectives d’évolution. A quelques exceptions près, la contribution de l’extra-financier n’est pas encore claire ou établie dans les organisations, les parcours de ces cadres ne sont pas encore suffisamment reconnus et valorisés par les directions des ressources humaines et les dirigeants.

Ce secteur emploie davantage de travailleurs dits précaires que le secteur traditionnel. De manière subie ou choisie, ces cadres sont prêts à payer le prix fort pour travailler sur des projets visant un impact sociétal et  environnemental positif.

Par ailleurs le monde du travail évolue. Quel que soit le secteur, les carrières sont de moins en moins linéaires. Un cadre passera par différents statuts : interim, CDI, freelance…

D’une certaine façon, une partie de cette population semble avoir déjà intégré ces nouvelles formes de carrières et de travail.

#4. SALAIRES

L’âge, le diplôme, le type de structure, sa taille et sont secteur d’activité sont les 5 facteurs influençant les niveaux de salaire. Même si ces facteurs restent  traditionnels, on note néanmoins qu’être une femme, n’est pas un  facteur discriminant.

#5. DES HAUTS POTENTIELS PORTEURS DE VALEUR

Internationaux, pluri-diplômés, disposant d’une double, voie triple compétence sectorielle et métier, ces profils ont une motivation très forte à faire émerger les principes du DD et de la RSE. Les cadres du DD et de la RSE : le terreau des dirigeants de demain ?

#6. LES PROFILS RENCONTRÉS LE PLUS FRÉQUEMMENT

Consultant Développement Durable, consultant environnement, cadre dans un service développement durable, achat responsable et supply chain, marketing et communication, reporting extra-financier.

#7. FOCUS SUR LES ENTREPRENEURS

  1. Les entrepreneurs de la RSE et du DD sont majoritairement des professionnels expérimentés de plus de 40 ans.
  2. Les entrepreneurs de la RSE & du DD sont majoritairement des hommes alors que les salariés du secteur sont principalement des femmes.
  3. La grande majorité des entrepreneurs exerce dans le conseil en RSE et DD.
  4. Il y a une disparité très forte dans les revenus selon le type d’entreprise créée.
  5. Les entrepreneurs de la RSE et du DD sont très satisfaits de leur activité.

Laisser un commentaire